ANOMALIES GENETIQUES

Aller en bas

ANOMALIES GENETIQUES

Message  Admin le Lun 22 Juin - 16:02

Le syndrome de Klinefelter



--------------------------------------------------------------------------------
Auteur : Docteur Nicole MORICHON-DELVALLEZ
Editeur : Professeur Philippe BOUCHARD
Date de création : mai 1997
Date de mise à jour : juin 2001



--------------------------------------------------------------------------------

Nom de la maladie et de ses synonymes
Syndrome de Klinefelter
Mâles XXY
Polygonosomie XXY
Caryotype 47, XXY

Critères de diagnostic / définition
Le syndrome de Klinefelter se définit par la présence chez des sujets de phénotype masculin, d'un chromosome X supplémentaire. Le caryotype s'écrit 47,XXY.
Le seul signe constant est l'azoospermie liée à la sclérose des tubes séminifères et responsable de la stérilité.

Incidence
Le syndrome de Klinefelter est une des anomalies des chromosomes sexuels la plus fréquente avec une prévalence de 1/600 à 1/700 nouveaux-nés de sexe masculin. La fréquence augmente avec l'âge maternel.

Description clinique
Comme dans la population générale, il y a une grande variation phénotypique dans le syndrome de Klinefelter. Il est cependant possible de dresser un tableau clinique commun.
La grossesse n'est pas émaillée de complications, le phénotype est habituellement normal à la naissance et le reste jusqu'à la puberté.
A la puberté qui se fait à un âge habituel, les testicules restent petits et mous et les caractères sexuels secondaires en particulier la pilosité peuvent être peu développés.
Le pénis est cependant le plus souvent de taille habituelle.
Le morphotype est variable. Certains sujets sont longilignes avec une taille supérieure à celle des membres de la fratrie. Une gynécomastie uni ou bilatérale est présente chez environ un tiers des adolescents ou adultes 47,XXY. Elle est habituellement juste au dessus des variations physiologiques et requiert exceptionnellement une intervention chirurgicale.
La stérilité est la règle par fibrose des tubes séminifères et azoospermie et le diagnostic du syndrome n'est bien souvent porté que lors du bilan d'une stérilité.
Le développement mental des sujets 47,XXY est dans les limites de la normale. Il y a cependant un risque supérieur à la population générale de difficultés d'apprentissage en particulier, de la parole, du langage et de la lecture : la dyslexie se rencontre chez plus de 50 % des garçons XXY. Ces problèmes ne sont pas propres aux sujets Klinefelter et demandent la même prise en charge que celle donnée aux enfants de caryotype normal.
Les performances motrices peuvent être diminuées. Maladresse, incoordination, trouble de l'équilibre font que les sports individuels sont plus conseillés que les sports d'équipe.
Sur le plan psychologique, on note avec une plus grande fréquence, timidité, immaturité, faible confiance en soi ou impulsivité. Certains sujets XXY ont tendance à rester en dehors des activités de groupe.
Le comportement sexuel est habituellement hétérosexuel.

Mode de prise en charge
Une supplémentation en testostérone est maintenant recommandée dès le début de la puberté. Elle améliore le développement pubertaire et en augmentant la masse musculaire et l'énergie peut améliorer la sensation générale de bien-être. Ce traitement peut être poursuivi à l'âge adulte.
Une prise en charge précoce des éventuels difficultés d'apprentissage, identique à celle donnée à des enfants de caryotype normal est grandement bénéfique dès le plus jeune âge.
Comme pour les autres polygonosomies, un environnement familial stimulant et attentif en évitant une attitude surprotectrice favorisera le développement.
Les nouvelles techniques d'assistance médicale à la procréation en particulier l’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ou ICSI) rendent possibles des grossesses pour les couples dont le conjoint est porteur d’un caryotype de formule 47, XXY.

Etiologie
Le syndrome de Klinefelter est lié à une non-disjonction des chromosomes sexuels durant la méïose maternelle (53 % des cas) ou paternelle (47 % des cas). Il en résulte un chromosome X supplémentaire. L'âge maternel élevé est un facteur de risque.

Méthodes de diagnostic biologique
Le diagnostic repose sur l'étude cytogénétique classique en bandes R ou G.
L'anomalie est habituellement présente dans toutes les cellules étudiées.
Dans 15 à 20 % des cas l'anomalie est présente en mosaïque. Le pronostic est alors meilleur que dans les formes non mosaïque.

Conseil génétique
Le syndrome de Klinefelter est une anomalie accidentelle. Le risque de récidive lors d'une grossesse ultérieure est considéré comme non augmenté. Un diagnostic prénatal est cependant souvent offert pour rassurer le couple.

Diagnostic prénatal
Le diagnostic prénatal de cette anomalie est possible in-utéro. Il s'agit le plus souvent d'une découverte fortuite sur un caryotype foetal réalisé pour âge maternel ou après étude des marqueurs sériques de la trisomie 21. Ce diagnostic pose un problème difficile. La révélation des éventuelles difficultés d'apprentissage et/ou de la stérilité est source d'angoisse pour les parents.

Questions non résolues et commentaires
Le problème essentiel et non résolu posé par le syndrome de Klinefelter est celui de la variation phénotypique.
Seules les études prospectives portant sur le suivi d'enfants pour lesquels le diagnostic de 47,XXY a été porté, soit en période néonatale lors d'études systématiques d'enfants nouveau-nés, soit en période prénatale lors d'amniocentèses réalisées pour âge maternel ou marqueurs sériques permettront de définir de façon précise le pronostic.
Les résultats de ces études longitudinales menées simultanément dans plusieurs centres avec un suivi sur de longues années permettront un conseil génétique
réaliste, en particulier lorsque l'anomalie est diagnostiquée en période prénatale.


Références

Children and young adults with sex chromosome aneuploidy. Evans JA, Hamerton JL, Robinson A, March of Dimes Birth Defects Fondation Original Article 1990; 26: 4.

Le Syndrome de Klinefelter en 1993. Résultats d'une enquête multicentrique sur 58 cas et revue de littérature. Battin J, Malpuech G, Nivelon JL, Garandeau P, et al. Ann Pédiatr (Paris)1993,40: 432-37.

Breuil V, Euller-Ziegler L. Gonadal dysgenesis and bone metabolism. Joint Bone Spine. 2001;68:26-33.

Patwardhan AJ, Eliez S, Bender B et al. Brain morphology in Klinefelter syndrome: extra X chromosome and testosterone supplementation.
Neurology. 2000;54:2218-23.



--------------------------------------------------------------------------------

Dr Nicole MORICHON-DELVALLEZ
Département de génétique Unité de génétique chromosomique
Hôpital Necker - Enfants Malades
149 Rue de Sèvres
75743 PARIS CEDEX 15
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum