L'INQUISITION : MILLE ANS D'OBSCURANTISME

Aller en bas

L'INQUISITION : MILLE ANS D'OBSCURANTISME

Message  Admin le Dim 31 Aoû - 14:08

C'est malheureusement aussi dans notre histoire.
L'Inquisition était une juridiction spécialisée (un tribunal), créée par l'Église catholique romaine et relevant du droit canonique, chargée d'émettre un jugement sur le caractère orthodoxe ou non (par rapport au dogme religieux) des cas qui lui étaient soumis. L'Inquisition était une juridiction d'exception, établie pour représenter l'autorité judiciaire du pape sur une région donnée, quand le fonctionnement normal des tribunaux ecclésiastiques s'avérait inadapté.

Historiquement, il y a eu plusieurs juridictions spécialisées de ce type. On peut distinguer trois différentes Inquisitions, qui font l'objet d'articles séparés :

l'Inquisition médiévale,
l'Inquisition espagnole, inféodée à la couronne d'Espagne, fondée en 1478, et l'Inquisition portugaise, fondée en 1531,
l'Inquisition romaine (Congrégation de l'Inquisition romaine et universelle), fondée en 1542, rebaptisée Sacrée Congrégation du Saint-Office en 1909, puis Congrégation pour la doctrine de la foi en 1967.
Le présent article traite des aspects généraux de l'Inquisition, par rapport à l'approche catholique de l'hérésie, à sa justification politique, au fonctionnement du droit, et à la manière dont l'Inquisition est à présent présentée et perçue socialement. Les aspects historiques se limitent ici à la chronologie générale.





Dans le registre des génocides, meurtres, tortures, viols et mensonges l'église catholique à la médaille d'or en
ce qui concerne l'horreur. De tous les temps l'église a voulu imposer sa loi sans se soucier des conséquences
pour les humains.
De tout temps elle s'est permise des exactions qu'aucun gouvernement, à part celui des nazis,
ne se serait permit. Elle a survolé par-dessus les siècles en écrasant les pauvres êtres sans défense. Elle a détruit
tous les fleurons, les génies, les possibles base de la chimie, de la pharmacologie, des techniques modernes
pendant les années de l'inquisition.
Déclarée dans le décret de Vérone en 1184 elle a pendant plusieurs siècles semé la terreur dans l'Europe
d'alors. Par les délations chacun, du charretier au notable pouvait se retrouver emprisonné puis torturé selon
des rites qu'aucune secte païenne n'aurait jamais osé imaginer. Dirigée par les papes qui se succédèrent durant
ces années-là, à commencer par " " dont l'évocation du seul nom prêterait à rire dans une fonction
autant teintée de culpabilité, puis par tous ces suivants tel que " " qui en déposa la permanence. Au
début cette avait pour but d'éradiquer les hérétiques puis dans le sud-ouest de la France, les
Cathares (secte hétérodoxe aussi connue sous le nom de Albigeois) qui commençaient à faire ombrage aux
grassouillets papes et à la dictature que l'église avait réussi à instaurer dans l'Europe avec l'alliance obligée des
rois de ces époques-là.

LE GRAND INQUISITEUR TORQUEMADA


avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INQUISITION : MILLE ANS D'OBSCURANTISME

Message  Admin le Dim 31 Aoû - 14:09

"La véritable histoire des PAPES. Du royaume des cieux aux royaumes terrestres", 1991 par Jacques Grancher, Éditeur
SOURCE: "Chronologie des papes" par Jean Mathieu-Rosay






Quelques-uns des papes violents ou pro-violence:

SERGE III (pontificat: 904-911)
Le pape Léon V (élu pape en 903) a été jeté en prison par son successeur, le pape Christophore (pontificat: 903-904). Le pape Christophore a été jeté en prison par le pape Serge III. Plus tard, les deux, Léon V et Christophore, ont été étranglés à la demande de Serge III.

JEAN XII (pontificat: 955-963)
En décembre 963, Otton le Grand (le roi de l'Allemagne) prononce la déposition de Jean XII et élit son successeur, Léon VIII. Après que Otton part pour l'Allemagne, Jean XII revient à Rome pour reprendre sa position de pape. Léon VIII réussit à lui échapper. Ceux qui n'eurent pas cette chance eurent les yeux crevés, les oreilles arrachées et le nez coupé.

BONIFACE VII (pontificat: 974)
Il a étranglé Benoît VI (pontificat: 973-974), le pape précédant.

URBAIN II (pontificat: 1088-1099)
Extraits de "LES RELIGIONS" par Denise Pérusse et Claude Marcil: "De 1096 à 1099, [Première grande croisade. Cette croisade allait pratiquement placer la papauté à la tête de l'Occident.] l'Europe chrétienne, part en croisade à Jérusalem et massacre les Juifs sur la route. C'est la première persécution des Juifs en Europe."
LUCIUS III (pontificat: 1181-1185)
En octobre 1184, il conclut avec l'empereur Barberousse un pacte contre les hérétiques cathares et vaudois. On y décida aussi l'organisation d'une nouvelle croisade.

Extraits de "LES RELIGIONS" par Denise Pérusse et Claude Marcil: "En 1184, Le pape Lucius III établit avec l'empereur Frédéric Barberousse le principe du châtiment corporel des hérétiques."
INNOCENT III (pontificat: 1198-1216)
Il se plaçait au-dessus des hommes. Il voulait imposer son autorité non seulement en Italie mais au reste du monde aussi. Les guerres de pouvoir entre l'empereur et le pape continuent. Il lance une expédition militaire contre les Albigeois (des chrétiens occidentaux qui avaient fondé des mouvements contre l'Église officielle). Le fanatisme de son légat et du chef des troupes conduisit à des massacres épouvantables. En 1215, au 4e concile de Latran, le pape parle de la création de l'Inquisition dans les diocèses, de l'obligation imposée à tous de la confession auriculaire, l'interdiction de créer de nouveaux ordres religieux et la décision de mettre sur pied une 5e croisade, prévue pour 1217.

Extraits de "LES RELIGIONS" par Denise Pérusse et Claude Marcil: "En 1215, Le concile de Latran recommande le marquage des Juifs."
GRÉGOIRE IX (pontificat: 1227-1241)
Un peu partout, la fermentation de divers mouvements religieux populaires le pousse à organiser l'Inquisition dans chaque diocèse: les dominicains en seraient spécialement chargés, sous l'autorité immédiate des évêques locaux. Dans de nombreuses villes, les hérétiques sont condamnés à mort. Il montre cependant de la tolérance envers les Juifs.

INNOCENT IV (pontificat: 1243-1254)
Il était aussi déterminé à dominer le monde que Célestin IV (élu pape en 1241). Il était sans scrupules. Il menait un combat contre l'empereur. Le pape soutenait les plans du cardinal Rainer, son parent, pour assassiner l'empereur et son fils Enzio. C'est Innocent IV qui permit l'adoption de la torture dans les procès contre les hérétiques et refusa aux condamnés toute possibilité d'interjeter appel.

CLÉMENT V (pontificat: 1305-1314)
Maladif et faible de caractère, il ne serait qu'un pantin dans les mains du roi de France. Avec le roi de France, il marche contre les Templiers (moines-chevaliers en Orient, qui défendent les lieux saints). Ils ont dissolue l'Ordre du Temple en 1313. Nombre de religieux dont le pape en personne avait ordonné la torture, à Rome, périrent sur le bûcher. Pendant 70 ans, les papes étaient dépendants des rois de France, et déshonoraient l'Église tant par leur népotisme éhonté que par l'étalage d'un luxe scandaleux. La corruption, le trafic des charges ecclésiastiques, la simonie avaient trouvé, sous son pontificat, un terreau idéal pour proliférer.

INNOCENT VI (pontificat: 1352-1362)
Il n'hésitait pas, pour se faire obéir, à utiliser les moyens de l'époque: les prisons et les bûchers de l'Inquisition.

URBAIN VI (pontificat: 1378-1389)
Deux hommes détenaient le titre de pape en même temps: Urbain VI et Clément VII. Dès le début de l'été il fut évident qu'Urbain VI devenait fou. Les deux papes s'excommunient mutuellement. Parce qu'Urbain s'est mis à boire, le roi de Naples et certains cardinaux envisageaient de le faire surveiller. Quand le pape eut vent du projet, il a fait mettre aux fers et atrocement torturer 6 des cardinaux qui faisaient partie du complot. Alors le roi de Naples vint assiéger le pape. Urbain réussit à s'enfuir et fait poignarder l'évêque d'Aquilée ainsi que tous les cardinaux qui avaient été du complot, sauf 2 qui se sont échappés. Quand il est mort, les caisses de l'Église étaient vides.

CLÉMENT VII (pontificat: 1378-1394)
Un an plus tôt, pendant qu'il était légat de Grégoire XI, il a réprimé l'insurrection de Cesena en en massacrant les 4,000 habitants.

JEAN XXIII (pontificat: 1410-1415) antipape
Ambitieux, cupide, violent. Il a remporté des succès militaires contre le roi de Naples et lui a enlevé bien des territoires.
Au concile de Constance en 1414, Jean Huss (un réformateur religieux tchèque qui prêchait contre les erreurs du catholicisme) fut condamné et brûlé vif.


SIXTE IV (pontificat: 1471-1484)
En 1478, il a accordé aux souverains espagnols, Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille, l'autorisation de réintroduire l'Inquisition. Il y a eu dans l'espace de 15 ans, 97,000 condamnations et 16,200 personnes brûlées vives.

INNOCENT VIII (pontificat: 1484-1492)
Il a nommé son fils cardinal alors qu'il avait 13 ans. -- Il vendit des charges aux plus offrants. Il était l'auteur de la bulle "Summis desirantes affectibus", qui cautionnait (approuvait) la chasse aux sorcières. Cet effroyable document fut publié en 1484. Trois ans plus tard, deux dominicains allemands en tiraient leur "Malleus Maleficarum", le "Marteau des sorcières", code de répression où sont minutieusement prévues toutes les tortures à appliquer aux malheureuses soupçonnées de commerce avec le diable.

LÉON X (pontificat: 1513-1521)
Il lui arrivait de faire rosser les comédiens qui ne performaient pas assez bien pour lui.

ALEXANDRE VI (pontificat: 1492-1503) alias BORGIA
À Florence, Savaronne continue à tonner contre le pape qui, le 23 mai 1498, le réduira définitivement au silence en le faisant brûler comme hérétique.

CLÉMENT VII (pontificat: 1523-1534)
Il assiste au mariage de sa nièce. Le lendemain, il vérifie avec son doigt si sa nièce avait fait le sexe avec son mari.

PAUL IV (pontificat: 1555-1559)
Il présida dès 1542 la nouvelle commission de l'Inquisition. Elle devint avec lui d'une rigueur effroyable. Il osa un jour affirmer: "Si mon propre père avait été quelque peu convaincu d'hérésie, j'aurais été rassemblé de mes mains le bois de son bûcher." Il relance de plus belle les terreurs de l'Inquisition. On ne se contenta pas de réserver la torture aux inculpés: les témoins eux-mêmes eurent à subir la question. Dans l'État de l'Église, les juifs furent parqués dans des guettos et astreints à porter des chapeaux jaunes comme signes distinctifs.

SIXTE V (pontificat: 1585- 1590)
Les exécutions étaient quotidiennes, il n'y avait pas d'endroit où on ne vît pas la tête d'un bandit fichée au bout d'un pieu. C'est que Sixte V avait étendu la peine capitale à nombre de délits: rapines, inceste, sodomie, avortements, proxénétisme, adultère.

CLÉMENT VIII (pontificat: 1592-1605)
Deux affaires ont terni la mémoire du pape: la décapitation en 1599, devant le château Saint-Ange, de Béatrice Cérici, coupable d'avoir fait assassiner son père, un tyran licencieux, qui la détenait prisonnière dans une forteresse de Rieti, et l'exécution par feu d'un célèbre prêtre philosophe, Giordano Bruno, convaincu d'hérésie par l'Inquisition.

URBAIN VIII (pontificat: 1623-1644)
Le savant, Galilée, avait été inquiété une première fois par l'Inquisition en 1616. Ses théories, reprises d'ailleurs de Copernic, avaient été déclarées "insensées, inconciliables avec la philosophie et formellement hérétiques puisqu'elles étaient en contradiction avec l'Écriture Sainte". Galilée s'était alors tenu coi pendant une quinzaine d'années. En 1632, son ouvrage "Dialogo sopra i due massimi sistemi" le ramena devant le Saint Office. La torture lui rendrait-elle une conception du cosmos plus orthodoxe? Il n'avait pas oublié que 30 ans plus tôt, Giordano Bruno avait été brûlé pour avoir professé les mêmes théories. -- Un jésuite allemand, Friedrich von Spee, avait accompagné jusqu'aux bûchers plus de 200 femmes convaincues de commerce avec le diable. En 1631, ce jésuite publiait anonymement son livre "cautio criminalis" dans lequel il affirme sous serment que les femmes brûlées étaient toutes innocentes des crimes dont elles étaient accusées, et que les juges n'intendaient ces procès que pour faire main basse sur les biens des condamnés. -- Pour subvenir aux dépenses de ses vanités personnelles, de son népotisme et de son mécénat, Urbain VIII avait dû alourdir à l'extrême les impôts dans son État.

PIE VII (pontificat: 1800-1823)
En 1808, Napoléon abolit l'Inquisition en Espagne et en Italie.

Pres de mille ans Il est bon de nettoyer aussi devant sa porte !
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INQUISITION : MILLE ANS D'OBSCURANTISME

Message  Admin le Dim 31 Aoû - 14:10

La procédure inquisitoire est utilisée d'abord à des fins de discipline ecclésiastique :
répression de la simonie,
contestations d'élections abbatiales, etc. Cependant, elle se déploie très vite
dans le champ de la lutte anti-hérésies. La législation en la matière est
ébauchée avec les décrets du IIe concile du
Latran (1139). Le Concile
de Tours (1163) de 1163, présidé par Alexandre
II, autorise les princes toulousains et gascons, dans le cadre de la lutte
contre les hérétiques, à recourir à la procédure inquisitoire. Elle est codifiée
par une série de décrétales d'Innocent III (1198-1216), en particulier Licet
Heli (1213), complétée par Per tuas litteras
Si l'Église avait connu une période de calme relatif après le IXe siècle, les hérésies connaissent un nouveau
développement aux XIe siècle et XIIe siècles, le plus souvent en suivant les routes de
pèlerinage. Des études locales ont en effet montré que les hérésies se répandent
souvent par ce biais, par le bouche à oreille : les pèlerins discutent entre
eux, et avec les villageois lors de leurs étapes, propageant ainsi des questions
et des réponses en dehors du pouvoir régulateur de la paroisse.
Au haut Moyen Âge, l'hérétique est comme un lépreux qu'il faut éloigner du
corps sain des fidèles, par l'excommunication puis par l'exil ou la
confiscation des biens.
Au bas Moyen Âge, l'hérésie constitue une rupture du
lien social.

* 1981 : Le cardinal Ratzinger est nommé à la tête de la
congrégation pour la doctrine de la Foi, héritière de l'Inquisition romaine, et
y gagne une image de «grand inquisiteur» dans la presse et les milieux
progressistes.
* 1992 : Sous la présidence du cardinal
Ratzinger, repentance de l'Église catholique qui reconnaît ses erreurs dans
l'affaire Galilée.
* 2000 : Sous la présidence du cardinal
Ratzinger, repentance officielle de l'Église catholique contre les excès de
l'Inquisition.




Cardinal Joseph Ratzinger, élu Pape : Benoit XVI : j'imagine mal le Cardinal Ratzinger fait montre de repentance pour quelque chose qui n'aurait été qu'un léger épisode de l'histoire.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Inquisition#Racines_de_l.27Inquisition
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INQUISITION : MILLE ANS D'OBSCURANTISME

Message  Admin le Dim 31 Aoû - 14:12


avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INQUISITION : MILLE ANS D'OBSCURANTISME

Message  Admin le Dim 31 Aoû - 14:13

INDEX LIBRORUM PROHIBITORUM

Index Librorum Prohibitorum

Index Librorum Prohibitorum, 1564.L’Index librorum prohibitorum (index des livres interdits) — aussi appelé Index expurgatorius, Index librorum prohibitorum juxta exemplar romanum jussu sanctissimi domini nostri — est une liste d'ouvrages que les catholiques romains n'étaient pas autorisés à lire, des « livres pernicieux », accompagnée des règles de l'Église au sujet des livres
Le but de cette liste était d'empêcher la lecture de livres contredisant ou critiquant l'Église et d'éviter ainsi que les fidèles ne se détournent de leur foi.

Le premier Index romain fut publié par le pape Paul IV en 1559 à la demande de l'Inquisition, et confirmé en 1564. La Congrégation de l'Index fut instituée en 1571.
L’Index fut régulièrement mis à jour jusqu'à l'édition de 1948, par ajout de la Congrégation de l'Inquisition ou du pape.
La liste n'était pas un simple travail de réaction ; les auteurs étaient enjoints à défendre leurs travaux, qu'ils pouvaient corriger et rééditer s'ils désiraient éviter l'interdiction, et une censure avant publication était encouragée.

En 1948, la 32e et dernière édition contenait quatre mille titres censurés pour des raisons diverses : hérésie, immoralité, licence sexuelle, politiquement incorrect, etc.
On y trouvait des écrivains et des philosophes connus tels que Diderot, Sigmund Freud, Pascal, Rousseau, Descartes, Érasme, Laurence Sterne, Voltaire, Daniel Defoe, Nicolas Copernic, Honoré de Balzac, Pierre Larousse pour son dictionnaire, Jean-Paul Sartre, ainsi que le sexologue hollandais Theodor Hendrik van de Velde, auteur du manuel sur la sexualité Le Mariage parfait.
Presque tous les philosophes occidentaux ont été inclus dans l’Index — même ceux qui croient en Dieu, tels que Descartes, Kant, Berkeley, Malebranche, Lamennais et Gioberti. Les athées, tels que Schopenhauer et Nietzsche, ne sont pas inclus en raison de la règle générale (Tridentine) que les œuvres hérétiques (qui contredisent le dogme catholique) sont ipso facto interdites.
Quelques œuvres importantes ne sont pas incluses, simplement parce que personne ne s'est soucié de les dénoncer.
Il est aussi surprenant que Charles Darwin ne fut jamais mis à l’Index.



La mise à l'index la plus célèbre dans l'Histoire de l'Église est probablement celle des écrits de Copernic sur l'héliocentrisme (5 mars 1616).
La condamnation de Galilée intervint dans ce contexte, même si l'on n'est pas tout-à-fait sûr aujourd'hui que la raison réelle et complète de la condamnation était bien celle-là.

Certaines mises à l’Index furent de nature politique : en 1926, le journal l'Action française, mouvement de droite nationale, y fut ajouté.
Bien qu'on n'y trouve pas d'œuvres de personnages comme Adolf Hitler ou Joseph Staline, on y trouve Le Mythe du vingtième siècle d'Alfred Rosenberg, considéré comme le livre fondateur du nazisme avec Mein Kampf.
Ce dernier ne fut pas mis à l'index, car son évaluation fut reportée continuellement.
On a pris le soin d'y condamner en latin l'anarchiste Edgar Bauer, aujourd'hui relativement oublié, mais non son frère ainé Bruno Bauer pour qui Jésus n'avait jamais existé.
La Congrégation de l'Index n'était pas une mécanique impeccablement huilée mais une administration comme une autre.

Le dernier livre mis à l'Index a été, en 1961, sous le pontificat de Jean XXIII, La Vie de Jésus de l'abbé Jean Steinmann.

Les effets de l’Index se ressentirent bien au-delà du monde catholique. Pendant longtemps, que ce fût au Québec ou en Pologne, trouver des copies des ouvrages interdits était difficile, particulièrement en dehors des villes importantes.
L’Index cessa d'être une liste officielle le 14 juin 1966 sous Paul VI après le concile de Vatican II, principalement pour des raisons pratiques.

L'expression « être mis à l'Index » est restée dans le langage courant pour désigner le fait d'être censuré.


Quelques écrivains célèbres dont les œuvres figurent dans l’Index Librorum Prohibitorum
Joseph Addison
Francis Bacon
Honoré de Balzac
Simone de Beauvoir
Cesare Beccaria
Jeremy Bentham
Henri Bergson
George Berkeley
Thomas Browne
Giordano Bruno
Jean Calvin
Giacomo Casanova
Auguste Comte
Nicolas Copernic
Jean le Rond d'Alembert
Erasmus Darwin
Daniel Defoe
René Descartes
Denis Diderot
Alexandre Dumas, père
Alexandre Dumas, fils
Desiderius Erasmus
Jean Scot Erigène
Gustave Flaubert
Anatole France
Frédéric II de Prusse
Galileo Galilei
Edward Gibbon
André Gide
Vincenzo Gioberti
Graham Greene
Heinrich Heine
Thomas Hobbes
Victor Hugo
David Hume
Cornelius Jansen
Emmanuel Kant
Adam F. Kollár
Faustine Kowalska
Nikos Kazantzakis
Hughes Felicité Robert de Lamennais
Pierre Larousse
Grégoire Leti
John Locke
Martin Luther
Niccolò Machiavelli
Maurice Maeterlinck
Moïse Maïmonide
Nicolas Malebranche
Karl Marx
Jules Michelet
John Stuart Mill
John Milton
Montesquieu
Patrick O'Brien
Blaise Pascal
François Rabelais
Ernest Renan
Samuel Richardson
Jean-Jacques Rousseau
George Sand
Jean-Paul Sartre
Baruch Spinoza
Laurence Sterne
Emanuel Swedenborg
Jonathan Swift
Maria Valtorta
Theodoor Hendrik van de Velde
Voltaire
Gerard Walschap
Émile Zola
Huldrych Zwingli


SOURCES WIKIPEDIA

LIENS :
http://www.cvm.qc.ca/gconti/905/BABEL/Index%20Librorum%20Prohibitorum-1948.htm

FAC SIMILE DE 1559

http://www.aloha.net/~mikesch/ILP-1559.htm
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INQUISITION : MILLE ANS D'OBSCURANTISME

Message  Admin le Dim 5 Avr - 11:55

L'estrapade :



divers instruments de torture

avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INQUISITION : MILLE ANS D'OBSCURANTISME

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum