CATASTROPHES ECOLOGIQUES :MAREES NOIRES, INDUSTRIELLES, NATURELLES

Aller en bas

CATASTROPHES ECOLOGIQUES :MAREES NOIRES, INDUSTRIELLES, NATURELLES

Message  Admin le Mer 20 Aoû - 13:26

A chaque fois : on nous dit : plus jamais ....

Le 21 mars 1978 sur les Côtes Bretonnes, l'horreur s'abattait sur Roscoff.






Et après me direz vous ? Rien.... ou presque rien n'est fait de par le monde pour que celà n'arrive plus jamais.
Je vais vous mettre la liste de toutes les marées noires survenues sur nos mers, sur nos océans depuis....

La liste est longue, significative, impressionnante, par ordre alphabétique.

Adamandas 22/09/2003

Aegean Sea 03/12/1992

Afran Zodiac 11/01/1975

Al Amine 15/02/2005

Al Samidoun 14/12/2004

Albion II 18/02/1997

Alessandro Primo 01/02/1991

Allegra 01/10/1997

Allegrity 13/12/1961

Amazzone 30/01/1988

Ambès 12/01/2007

Amoco Cadiz 16/03/1978

Andros Patria 31/12/1978

Annemasse 18/01/2004

Annemasse 18/01/2004

Aragon 29/12/1989

Ariadne 24/08/1985

Athos 1 26/11/2004

Atlantic Empress 19/07/1979

Averity 26/09/2001



Bahamas 24/08/1998

Baltic Carrier 29/03/2001

Balu 20/03/2001

Barbaros Kiran 30/10/2002

Betelgeuse 08/01/1979

Boehlen 15/10/1976

Bona Fulmar 18/01/1997

Borodinskoye Polye 17/11/1993

Bow Eagle 26/08/2002

Bow Mariner 28/02/2004

Braer 05/01/1993

Bravo 22-30/04/1977


Bright Artemis 14/08/2006

Brigitta Montanari 16/11/1984

British Trent 03/06/1993

Bunga Teratai Satu 02/11/2000



Canal de la Deule 03/06/1996

Canal de Nantes à Brest 18/08/1998

Carla 24/11/1997

Cason 05/12/1987

Castillo de Salas 11/01/1986

Chocolate Bay 15/08/2005

Christos Bitas 12/10/1978

Chung Mu 09/03/1995

CMA-CGM Normandie 27/03/2001

Conoco Britannia 24/06/1973

Coral Bulker 25/12/2000

Cosco Busan 07/11/2007

Cuve de stockage au Brésil 05/05/1983

Cynthia M 15/03/1994


Dalia 16/02/2008

Dolly 05/11/1999

Dona Marika 05/08/1973

Donges 16/03/2008


Ece 31/01/2006

Efthycosta II 08/04/1970

Eleni V 06/05/1978

Ena 2 28/06/2004

Erika 12/12/1999

Esso Bernicia 30/12/1978

Esso Portsmouth 09/07/1960

Esso Wandsworth 21/09/1965

Exxon Valdez 24/03/1989


Fénès 25/09/1996



Gino 28/04/1979

Grape One 09/12/1993

Green Lily 19/11/1997

Guerre du Golfe 26/01/1991



Hamilton Trader 30/04/1969

Happy Bride 04/01/2006

Haven 11/04/1991

Hebei Spirit 07/12/2007

Hullgate 08/04/1971



Ievoli Sun 31/10/2000

Ilona 7/12/2004


Irenes Challenge 18/01/1977

Ixtoc 1 03/06/1979



Jakob Maersk 29/01/1975

Jambo 29/06/2003

Jessica 16/01/2001

Junior M 04/10/1999



Kairo 31/12/1997

Katja 07/08/1997

Kemira 04/02/2005

Khark 5 19/12/1989

Kimya 06/01/1991

Kini Kersten 01/01/1987

Konemu 23/01/1997

Kowloon Bridge 22/11/1986




La Loire 18/08/1999

Laura d'Amato 03/08/1999

Conflit au Liban Juillet 2006

Limburg 06/10/2002

Lykes Liberator 02/02/2002



Melbridge Bilbao 12/11/2001

Naufrages en Mer Noire 10-11/11/2007

Monte Ulia 26/07/1



Nakhodka 02/01/1997

Napoli 18/01/2007


Nassia 13/03/1994


Natuna Sea 03/10/2000

Neptune Aries 03/10/1994

New Flame 12/08/2007

Norrisia 04/03/2002

Nowruz 04/02/1983



Olympic Alliance 12/11/1975

Olympic Bravery 24/01/1976


Pacific Colocotronis 28/09/1975

Pacific Glory 23/10/1970

Panam Perla 10/11/1998


Peter Sif 15/11/1979

Phillips Oklahoma 17/09/1989

Pionersk 31/10/1994

Pipeline trans-Alaska 04/10/2001

Polycommander 04/05/1970

Port Militaire de Brest 20/01/1998

Prestige 13/11/2002

Puerto Rican 31/10/1984



René 16 16/01/1976

Rokia Delmas 24/10/2006

Rosa M 30/11/1997

Rosebay 12/05/1990



Sabotage en Irak 14/09/2004

San Jorge 08/02/1997

Sea Empress 15/02/1996

Sea Prince 23/07/1995

Sea Spirit 08/08/1990

Seestern 18/09/1966

Selendang Ayu 7/12/2004


Sitakund 20/10/1968

Sivand 28/08/1983

Skyron 30/05/1987

Solar 1 11/08/2006

Statfjord A 12/12/2007

Sygna 26/05/1974


Tanio 07/03/1980

Tasman Spirit 27/07/03

Texaco Carribbean 11/01/1971

Torrey Canyon 18/03/1967

Treasure 20/06/2000

Tricolor 14/12/2002

Universe Leader 22/11/1974

Urquiola 12/05/1976

Vicuña 15/11/2004

Vistabella 07/03/1991

Vitoria 23/06/1987


Vous dire combien tout celà me fait mal, est un euphémisme.
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CATASTROPHES ECOLOGIQUES :MAREES NOIRES, INDUSTRIELLES, NATURELLES

Message  Admin le Dim 30 Mai - 15:38


Alerte en haute mer
La catastrophe survenue au large de la Louisiane donne un tragique coup de flash sur ces étranges constructions métalliques perdues dans les océans. Ces milliers de plateformes pétrolières aux conditions de vie particulières, marquées au fil du temps par plusieurs accidents tragiques.

Autrefois, si seuls dans les mers, il n’y avait que les phares. Puis sont venues les plateformes de forage, ces îles de ferraille fichées dans les eaux, ces amas de tubulures s’entrelaçant en un labyrinthe plus ou moins rouillé et dédié au dieu pétrole.

Parfois l’une d’elles sombre ou explose, comme la Deepwater Horizon, au large de la Louisiane, et le public se rappelle qu’elles existent et que des hommes y vivent, loin du monde. Parfois un film y pose aussi ses caméras, comme James Bond dans Le monde ne suffit pas. Le metteur en scène y installe ordinairement ses méchants, qui y ourdissent d’odieux complots.

hérisser leurs tours dans les océans après la crise pétrolière de 1973. L’Occident se découvre alors insupportablement dépendant du pétrole venant du golfe Persique. Il décide d’y remédier et construit avec frénésie. Plus de 15000 plateformes sont aujourd’hui réparties à travers le monde. Elles ont une durée de vie limitée, d’une trentaine d’années, le temps d’exploiter le gisement au-dessus duquel elles sont érigées.

Les Américains réalisent les premiers les richesses de leur territoire sous-marin, notamment dans le golfe du Mexique. Les Européens, eux, se tournent vers la mer du Nord. Avec plus de 450 plateformes, elle demeure la plus importante région du monde pour le forage au large. Seul hic, les tempêtes, les grands vents, les accidents de forage. Des accidents surviennent, meurtriers. Ils vont frapper les esprits. Celui de l’Alexander-Kielland, en 1980, cause la mort de 123 personnes. En 1988, en pleine mer du Nord, le Piper-Alpha prend feu à la suite de défauts de conception et de normes de sécurité insuffisantes. Le drame coûte la vie à 167 personnes sur les 226 membres de l’équipage. Seuls survivants: les hommes qui choisissent l’eau comme ultime refuge et s’y jettent.

Aujourd’hui, c’est le tour de ce vaisseau immobile de 78 mètres sur 121, la Deepwater Horizon. Le 20 avril, 126 personnes se trouvent à bord au moment de l’explosion, suivie d’un incendie. Onze d’entre elles disparaissent. Avec son contenu de 2,6 millions de litres de pétrole, la plateforme brûle pendant un jour et demi puis sombre. La société propriétaire, Transocean, basée à Zoug, reconnaît vite qu’il n’a pas été possible d’«enrayer la fuite d’hydrocarbures». Un désastre écologique dont les hommes et la nature dans son ensemble vont hélas vite se rendre compte. Ingénieur-conseil sur le forage gazifère de Noville (VD), le géologue suisse Werner Leu est atterré: «Il est arrivé le pire. Le blow-out, l’explosion sous haute pression. Malgré les importantes précautions prises, un tel accident peut toujours se produire.» La réparation équivaut à vouloir replacer un bouchon sur une bouteille de champagne. «Ou alors ils creusent d’autres puits à côté, pour abaisser la pression. Trois mois de travail…» En Suisse? «Toutes les deux à trois semaines, on démonte et on remonte tout. On soumet les vannes à des pressions énormes, qui ne peuvent pas se produire. Mais le blow-out peut toujours survenir.» Le pétrole helvétique? «A travers l’histoire, une centaine de forages ont été tentés dans notre pays, mais on n’a pas trouvé grand-chose.»
«Il est arrivé le pire, l’explosion sous haute pression»
Werner Leu, géologue suisse

Sur une plateforme pétrolière, où l’on travaille vingt-quatre heures sur vingt-quatre, la sécurité est une obsession. Pas d’allumettes, pas de briquet, aucun produit inflammable. Interdiction de fumer, sauf dans le module d’habitation aux conditions de pressurisation adaptées. Et drill de secours hebdomadaire, comme un ingénieur sur une plateforme norvégienne le raconte sur son blog. «C’est comme une alerte au feu, pour s’entraîner. Le dimanche matin, hurlement dans les oreilles, les chefs racontent une histoire rocambolesque d’alerte au gaz dans telle ou telle section et de feu dans telle partie. Tout le monde a rendez-vous aux canots de survie. Pour les mettre à l’eau, ils lâchent tout et le canot plonge sous l’eau, remonte puis flotte. Toutes les cinq minutes, ils nous expliquent gentiment où en est l’histoire qu’ils ont inventée. Plus personne n’écoute, tout le monde dort dans le canot ou papote avec le voisin.» A part cela, «les plateformes norvégiennes, c’est du trois-étoiles. Saumon à tous les repas, salle de sport, sauna, cabine UV… La classe, quoi.»

en mer du Nord, raconte comment l’équipe de travail s’affaire sans cesse autour du puits de forage, en prise avec les différentes couches rocheuses qu’il faut aller creuser à 2000, 3000 ou 4000 mètres avant d’atteindre les zones pétrolifères. Les équipes interviennent selon des rythmes spécifiques: douze heures de travail quotidien et douze heures de repos, deux ou trois semaines à bord et deux ou trois semaines à terre. Les cabines de la plateforme sont équipées de deux couchettes superposées, d’un cabinet de toilette, d’un poste TV avec écouteurs individuels, voire d’un relais téléphonique. Elles sont insonorisées et closes par des portes coupe-feu.

Le restaurant propose des repas avec quatre services: matin, midi, soir, minuit. Seul interdit au menu ou dans les consommations individuelles hors du restaurant: les boissons alcoolisées. En revanche, des distributeurs sont en permanence à disposition, gratuitement.

Autres équipements disponibles: un cinéma de 70 places, des jeux vidéo, une salle de télévision, un gymnase, deux tables de billard. Les temps de récupération et de repos bénéficient de conditions de confort remarquables.

Après les heures passées autour du puits de forage, la vie redevient normale. Si l’on excepte l’éloignement familial et l’isolement, bien sûr. «Mais la vie quotidienne adopte un autre rythme, assure-t-elle, sans précipitation, respectant des zones de silence. Loin de l’agitation de la ville, peut-être apprend-on à mieux se connaître soi-même et à découvrir cette fabuleuse richesse qu’est la solidarité.»

Unis au centre des eaux, avec l’or noir qui bouillonne par en dessous.
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum