CINEMA : METTEURS EN SCENE, LEURS FILMS

Aller en bas

CINEMA : METTEURS EN SCENE, LEURS FILMS

Message  Admin le Lun 18 Aoû - 14:18

PSYCHOSE....les films de Sir Alfred Hitchcock[/center]

J'ai vu ce film deux trois ans après sa sortie. J'étais très jeune. (je ne sais pas s'il n'était pas interdit aux moins de 18 ans)

Depuis, je n'ai jamais pû voir ce film avec mon fils unique (fils unique, pas enfant unique, j'ai aussi une fille unique !!!!)


Psychose (Psycho en version originale) est un film américain, du genre horreur-thriller tourné en noir et blanc, réalisé par Alfred Hitchcock et sorti sur les écrans en novembre 1960. 47e long-métrage d'Hitchcock, il est inspiré du roman éponyme de Robert Bloch, Psycho, mais réécrit par le scénariste débutant Joseph Stefano.

Ce chef-d'œuvre du suspense, film phare d'Alfred Hitchcock, a élevé Anthony Perkins au rang de star. Il y interprète Norman Bates, un personnage perturbé dont le motel et la vieille demeure attenante n'ont rien d'accueillant. Marion Crane (Janet Leigh), voyageuse au destin tragique, va l'apprendre à ses dépens en y achevant son aventure par la célèbre scène de la douche. Un détective privé (Martin Balsam), puis la soeur de Marion (Vera Miles) se lancent alors à sa recherche.

Suspense et horreur se conjuguent pour atteindre un paroxysme terrifiant au moment où le mystérieux meurtrier sera finalement démasqué.


Titre original Psycho
Réalisation Alfred Hitchcock
Acteur(s) Anthony Perkins : Norman Bates
Janet Leigh : Marion Crane
Vera Miles : Lila Crane
John Gavin : Sam Loomis
Martin Balsam: Milton Arbogast
John McIntire : Sheriff Al Chambers
Scénario Joseph Stefano, d'après le roman éponyme de Robert Bloch
Musique Bernard Herrmann
Décorateur George Milo
Robert F. Boyle
Costumes Edith Head





je n'en mets pas plus, il faut voir le film sans en savoir trop.FENETRE SUR COUR
L.B.
Jefferies
(James
Stewart)
, un photographe immobilisé par une jambe dans le platre
observe pour tuer le temps les appartements donnant sur sa
cour à l'aide de son télé-objectif. Il reçoit souvent la
charmante
Lisa (Grace
Kelly)

qui est secrètement amoureuse de lui. Après quelques jours d'observations, il
soupçonne
Lars Thorwald (Raymond Burr - "l'homme de
fer") son voisin d'en face d'avoir assassiné sa femme. Pour en avoir le coeur
net, il envoit
Lisa porter une lettre anonyme à Thorwald. Elle trouve alors l'alliance
de Madame Thorwald. Lars Thorwald découvre Jefferies, se bat avec lui et le
jette par la fenêtre ce qui lui vaut une deuxième jambe dans le platre !


Lars Thorwald est néanmoins arrèté par la police quelques minutes plus
tard.

Traitant sur une note humoristique les bas instincts de l'être
humain tel que le voyeurisme mais aussi la sauvagerie du crime de
Lars
Thorwald
(qui tue sa femme et la découpe en morceaux pour la
transporter dans des valises), ce film est une des plus grandes réussite
d'Alfred Hitchcock. Il se veut cependant être une comédie appuyée par l'élégance
d'une
Grace
Kelly

au sommet de sa gloire. Dans ce film, elle est une créatrice de mode superbement
vêtue et impeccablement arrangé qui tranche avec le coté célibataire baroudeur
de
James
Stewart
.










La Mort aux trousses






La Mort aux trousses (North By Northwest) est un film américain réalisé par Alfred Hitchcock et
sorti en 1959







À New York, le publicitaire Roger Thornhill, pris par hasard pour un certain
George Kaplan, est kidnappé. Il s'échappe puis tente de prouver son innocence.
Chaque tentative l'identifie un peu plus au dénommé George Kaplan au point
d'être accusé d'un meurtre perpétré aux Nations Unies. Il tombe amoureux de la
belle Eve Kendall, agent de la CIA, qui traque l'espion Vandamm, pour qui a été
imaginé le leurre qu'est Kaplan. Pour les beaux yeux d'Eva, Thornhill entre dans
le jeu, démasque Vandamm et sauve la jeune femme...
Réalisé entre Vertigo et Psychose, la Mort
aux trousses
donne des gages aux détracteurs du cinéaste que les futurs
réalisateurs de la Nouvelle Vague tentent d'imposer comme un maître à filmer et
à penser : brillant exercice de style, confirmation du titre de "maître du
suspense", mais, décidément, pas de message a l'horizon... Comme dans un roman
de Joseph Conrad ou une nouvelle d'Edgar Poe, le sens se cache pourtant sous
l'apparence du pur divertissement. Le succès et la pérennité de la Mort
aux trousses
tiennent précisément à cette originalité : source pour les
uns, pur plaisir désintéressé pour les autres...



LE MONT RUSHMORE EST UN DES LIEUX QUI SERT DE DECOR AU FILM



JE REVE TRES SOUVENT DE CETTE MAISON SI PARTICULIERE

avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CINEMA : METTEURS EN SCENE, LEURS FILMS

Message  Admin le Lun 18 Aoû - 14:21

BERTRAND BLIER



LES VALSEUSES
Les Valseuses est un film français réalisé par Bertrand Blier en 1974, adapté du roman du même nom de Bertrand Blier.









La cavale de deux marginaux, qui se servent dans la vie comme dans un supermarché. Le film illustrant la frénésie de la libération sexuelle et des mœurs après l'épisode soixante-huitard.

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.
Dans la France des années 1970. Jean-Claude et Pierrot sont deux voyous qui tuent le temps comme ils peuvent en commettant des larcins. Après avoir harcelé une dame avec un caddie en volant le sac de cette dernière, ils "empruntent" une DS pour faire un tour. Mais le propriétaire, à leur arrivée où ils garent la voiture là où ils l'avaient prise, les braque avec un revolver et tire sur Pierrot lors de leur fuite. Ils emmènent une employée et maîtresse du propriétaire du salon de coiffure, Marie-Ange.

Ils braquent un chirurgien pour qu'il soigne Pierrot et pour en profiter pour prendre de l'argent.

Bien de nombreuses péripéties - que ce soit sexuelles ou de vols - provoquent pour la plupart des incidents...






SCENE DANS LA GRANDE SURFACE AVEC LE DIRECTEUR DU MAGASIN

https://www.youtube.com/watch?v=udN2yGd27WY

SCENE DANS LE TRAIN AVEC BRIGITTE FOSSEY


https://www.youtube.com/watch?v=whn2MpHEaBg

SCENE : LE CAVE ET MIOU MIOU "ca y est, j'lai pris !!!!!

https://www.youtube.com/watch?v=ToBWndME8ds

CA PORTE BONHEUR :

https://www.dailymotion.com/relevance/search/LES%2B%2B%2BVALSEUSES/video/x5reui_les-valseuses-1974_shortfilms


distribution

Gérard Depardieu : Jean-Claude
Miou-Miou : Marie-Ange
Patrick Dewaere : Pierrot
Jeanne Moreau : Jeanne Pirolle
Brigitte Fossey : La jeune mère
Jacques Chailleux : Jacques Pirolle
Michel Peyrelon : Le chirurgien
Eva Damien : La Femme du chirurgien
Gérard Jugnot : le vacancier
Thierry Lhermitte : le groom
Dominique Davray : Suzanne/Ursula
Christian Alers : le père de Jacqueline

-------------------------------------------------------------------------

PREPAREZ VOS MOUCHOIRS





Raoul ne comprend pas. Sa femme Solange, qui l’aime, et qu’il aime en retour, ne sourit pas. Jamais. Ou si peu qu’il en est malade.
Une frustration qui emporte le pauvre Stéphane, qui aspirait simplement à se taper un bon plat de moules dans un troquet parisien, au beau milieu d’une crise maritale aussi singulière qu’impromptue.
Sa mission est simple: s’il parvient à la faire sourire, elle est à lui. Tout prof de sport qu’il est, il compte bien relever le défi avec l’aide de ses plus fidèles amis: Mozart, Carco, Céline, Colette. Que des grands…



Finalement, les films tout à la fois férocement drôles, touchants, provocants et poétiques, sont plutôt rares.
Quelques Wilder, quelques Almodovar, et quelques Blier. Triste butin.
Quatre années après son étincelant, son nécessaire Les Valseuses, Bertrand Blier réclame de nouveau le moteur pour croquer cette fois encore le portrait de deux paumés, balourds et doux, qui recherchent - rien de moins - que de comprendre la Femme.
Avec un infantilisme attachant, les deux adolescents aux corps d’adultes intellectualisent la question dans tous les sens, le mauvais comme l’interdit.
Le bon leur sera soufflé par un gamin de 13 ans, intelligent et précoce, bien plus que ses deux inattendus grands frères réunis, et qui profitera seul du sourire angeleur de la délicate Carole Laure. Auréolé de son Oscar de meilleur film étranger (ce qui n’est pas rien), le parolier et cinéaste Blier enchante littéralement, et de bout en bout.
Jamais de gags, mais toujours de l’humour, un effeuillage tranquille des tabous sociétaires, un couple de comédiens inégalé et inégalable, et ce sens inné du surréaliste, ce goût prononcé pour l’incertain, le singulier, et le formidable…
Oui, c’est incontestable, Préparez vos mouchoirs est un chef d’œuvre sans commune mesure, et oui, il est plus qu’évident aujourd’hui, qu’aucun film, jamais, ne retrouvera la fougue et la fantaisie de ce bijou.

Depardieu / Dewaere / Serrault Carole Laure - Merci Mozart!

https://www.youtube.com/watch?v=y0qfOFxUgAU&feature=related

https://www.dailymotion.com/relevance/search/PREPAREZ%2BVOS%2BMOUCHOIRS/video/x5getq_preparez-vos-mouchoirs_shortfilms


DISTRIBUTION

Préparez vos mouchoirs
France, 1978
De Bertrand Blier
Scénario : Bertrand Blier
Avec Gérard Depardieu, Patrick Dewaere, Carole Laure, Riton Liebman, Michel Serrault
Photo : Jean Penzer
Musique : Georges Delerue, Wolfgang Amadeus Mozart
Durée : 1h30
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CINEMA : METTEURS EN SCENE, LEURS FILMS

Message  Admin le Lun 6 Oct - 12:15



En Sibérie, Nicolas Vanier danse avec les loups
Ce week-end, le réalisateur globe-trotter Nicolas Vanier donnera le clap final de son film, « Loup », après quinze semaines épiques au fin fond de la Sibérie. Stars du long-métrage : les Evènes, le dernier peuple nomade éleveur de rennes.
Reportage de Vincent Mongaillard | 23.08.2008, 07h00



CE SONT des grands espaces avec les derniers éleveurs de rennes nomades de la planète, des loups qui se cachent, des ours, des aigles, des lynx. Mais aussi des points de vue panoramiques, des lacs qui servent de miroir au ciel et des nuages qui tutoient des massifs à l’apparence lunaire. Un décor à vous couper le souffle… Tout ce qu’adore l’aventurier écolo Nicolas Vanier, auteur du film « le Dernier Trappeur » qui avait conquis 2,3 millions de rêveurs en 2004.
« Sympa comme endroit, non ? On est quand même mieux que sur le périph », sourit le globe-trotteur.

C’est donc là, en Sibérie orientale, en plein coeur de la toundra, que le réalisateur a posé, l’hiver dernier et cet été, ses caméras pour mettre au monde « Loup », prévu en salles fin 2009. Bienvenue en République autonome de Yakoutie, membre de l’immense fédération de Russie. Ce territoire sept fois plus grand que la France abrite un petit million de courageux. Pour les besoins de la fiction, un campement a vu le jour à 700 km de Iakoutsk, la capitale de la région, et 250 km de Khandyga, l’ultime petite ville. Pour le rejoindre depuis Paris, il faut monter dans trois avions avant de prendre place à bord d’un Ouaze, « le Combi Volkswagen russe ». En route, alors, pour cinq heures de secousses sur une piste caillouteuse avec traversée de gués, certains ponts s’étant effondrés durant la débâcle du printemps. Si le mercure est descendu jusqu’à - 55° C en janvier, rendant les conditions de tournage dantesques, il affiche un étonnant + 20° C en cette mi-août. Durant quinze semaines, Nicolas Vanier a travaillé main dans la main avec la tribu évène qui a accepté, avec fierté, d’être sous les feux des projecteurs. Ces cousins des Mongols, dont le mode de vie est menacé par les bouleversements climatiques, ont ouvert leurs tentes, mis à disposition des objectifs leurs hardes de rennes, cueilli champignons et myrtilles pour la tambouille et joué le rôle de figurants. Les « babouchkas » (grands-mères) ont fabriqué de longues bottes en cuir de renne. Les messieurs, eux, ont égorgé et dépecé le transporteur officiel du Père Noël quand le scénario l’imposait. Lors de l’ultime clap ce week-end, ces adeptes du chamanisme, qui font de leur harmonie avec la nature une religion, s’en retourneront dans leurs montagnes. Avec des centaines de clichés-souvenirs dans leurs appareils photos numériques flambant neufs achetés… grâce à leurs cachets inespérés.
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CINEMA : METTEURS EN SCENE, LEURS FILMS

Message  Admin le Mar 9 Juin - 12:36

avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CINEMA : METTEURS EN SCENE, LEURS FILMS

Message  Admin le Lun 18 Jan - 20:46

Meilleur film dramatique Avatar, de James Cameron. Le film triomphe déjà au box-office.



Meilleure comédie ou comédie musicale Very Bad Trip, de Todd Phillips. Un vrai succès populaire.




Meilleur réalisateur James Cameron pour Avatar . Avec Titani c, il avait été récompensé 11 fois, en 1998, aux Oscars.




Meilleur acteur (dramatique) Jeff Bridges dans Crazy Heart, de Scott Cooper. Il joue le rôle d'un chanteur "country".




Meilleur acteur (comédie) Robert Downey Jr., pour Sherlock Holmes , de Guy Ritchie. Le tournage de Sherlock Holmes 2 est prévu en juin prochain.




Meilleur acteur, second rôle Christoph Waltz dans Inglourious Basterds , de Quentin Tarantino. Il a obtenu le prix d'inteprétation masculine au dernier festival de Cannes.




Meilleure actrice (comédie) Meryl Streep pour son rôle dans Julie & Julia , de Nora Ephron, le 7e trophée de sa carrière.




Meilleure actrice (dramatique) Sandra Bullock dans The Blind Side , de John Lee Hancock. Tiré d'une histoire vécue de la star du football américain, Michael Oher.





Meilleure actrice second rôle Mo'Nique dans Precious , de Lee Daniels. Elle interprète la mère de Precious, une adolescente obèse et maltraitée.




Meilleur film en langue étrangère Le Ruban blanc , de Michael Haneke. Palme d'or à Cannes 2009




Meilleur film d'animation Là-Haut , de Pete Docter et Bob Peterson. Le dixième long métrage du studio Pixar.





BRAVISSIMO BRAVISSIMO BRAVISSIMO BRAVISSIMO
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CINEMA : METTEURS EN SCENE, LEURS FILMS

Message  Admin le Ven 29 Jan - 14:23

Le Déclin de l'empire américain

Le Déclin de l'empire américain est un film québécois, réalisé en 1986 par Denys Arcand.

L'auteur a donné une suite à ce film en 2003, Les Invasions barbares, soit 17 ans plus tard et toujours avec les mêmes huit acteurs principaux.
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 1636
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://artartspassions.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CINEMA : METTEURS EN SCENE, LEURS FILMS

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum